Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

07/06/2011

UKRAINE 1 - FRANCE 4

Grâce à un doublé et une passe décisive du petit nouveau Marvin Martin, l'équipe de France s'est largement imposée en Ukraine (1-4). Le Sochalien a sauvé une prestation encore globalement mitigée des Bleus.

«Depuis le début, j'ai été très bien accueilli, on m'a encouragé. Ça facilite grandement les choses. Je suis entré sans pression. J'ai tout donné. Ce n'est que du bonheur et ça continue. Déjà d'être appelé en équipe A, j'étais le plus heureux, mais ce soir de marquer deux buts et de faire une passe... Je suis sur mon petit nuage», a confié Marvin Martin au micro de TF1 après sa première sélection chez les Bleus en Ukraine.

Ukraine-France 1-4


Ukraine : Tymoshchuk (54e)
France: Gameiro (58e), Martin (87e, 92e), Kaboul (89e)

Laurent Blanc voulait voir «certains» tirer l’équipe vers le haut. Et il n’a pas été déçu. Au terme d’une rencontre qui aura mis un temps fou à démarrer, les Bleus ont empoché un large succès en Ukraine grâce aux «nouveaux» (1-4). Un match où l’équipe new-look alignée par Laurent Blanc (10 joueurs différents par rapport à vendredi dernier) a connu pas mal de difficultés à entrer dans cette partie. Seules les accélérations de Menez (23e, 29e, 37e) provoquaient le danger dans la défense ukrainienne quand, en face, les Ukrainiens se montraient à peine plus flamboyants. Ils profitaient seulement des pertes de balle du milieu français pour s’approcher de la surface adverse (10e, 39e, 44e), avec pour seule occasion une frappe menaçante de Gusev (43e). Mais, toujours à l’affût, les locaux allaient se montrer plus tranchants au retour des vestiaires. Un opportunisme payant puisque Tymoshchuk profitait d’un contre initié par Voronin pour tromper Mandanda d’une frappe flottante des 30 mètres (1-0, 54e).

Mais la réplique française ne tardait pas. Après deux tentatives infructueuses (45e, 56e), la troisième était la bonne pour Kevin Gameiro qui ouvrait son compteur but international grâce à une frappe à mi-hauteur (1-1, 58e). Les multiples changements opérés de part et d’autre (6 du côté de Laurent Blanc) profitaient alors aux Français, plus fringants. L’occasion pour Marvin Martin, fraîchement entré en jeu, de se mettre en évidence. Après deux occasions de Benzema (82e, 83e), le Sochalien prenait les choses en mains. Il réussissait d’abord un petit exploit personnel avant de tromper Pyatov des 35 mètres (1-2, 87e). Avant de servir sur un plateau Kaboul, buteur sur corner (1-3, 89e), et d’inscrire un doublé, bien décalé par Benzema (1-4, 92e). Une fin de match encourageante sur laquelle le sélectionneur va pouvoir s’appuyer en vue du prochain match amical en Pologne jeudi…

par Teddy Vadeevaloo, le 05-06-2011 (SPORT 24)

05/06/2011

L'ASSO 34 AU TOURNOI DE LAMALOU

RESULTATS TOURNOI DE LAMALOU U 10 U 11



C'est avec un gros risque de pluie et un effectif tres reduit que nous sommes montés à LAMALOU.
C'est en effet à 7,nombre minimun syndical que nous avons disputé ce tournoi.
2 poules de 6, les 2 premiers en ligue des champions,l es 3 et 4 éme en excellence et les 5 et 6 éme en honneur.
les 2 premiers match se soldent par une défaite sur le plus petit score contre THUIR , puis contre VILLEVEYRAC.
Le 3éme match de l'ASSO 34 est gagné par 4 à 0 contre les AIRES, les buteurs heureux sont FABIO.MATTHIEU.GATIEN.JASON.
Le 4éme match est gagné contre l'ASB 2 sous un début de pluie avec un but de FABIO.
Le 5éme match n'aura pas lieu contre LAMALOU 1 car un veritable déluge de pluie tombe sur le stade durant une bonne heure.
A 13 h 30n l' organisation décide de reprendre le tournoi en prenant en compte le classement sur 4 match par équipe et en faisant ensuite qu'un seul match de classement, choix approuvé par tous les dirigeants vu les conditions climatiques,c'est donc a la 3eme place que l'on finit nos match de poules et ce 5éme match n'aurait rien changé.
On a donc joué pour la cinquiéme place contre THUIR 2
Malgré une légere domination et un tir sur la transversale on s'incline 2 à 0 .
Félicitations tout de même pour cette 6 éme place, à JEREMY dans les buts qui c'est trés bien defendu, à nos defenseurs BRYAN,VICTOR,JASON et à nos millieux FABIO,MATTHIEU et notre attaquant GATIEN,qui au passage marque son premier but officiel.
BRAVO à LAMALOU qui a tres bien géré l'orage ce qui nous a permis de pouvoir finir ce tournoi et de jouer 5 match sur 7 prévus ce qui n'est pas déja si mal.
Victoire donc du Tournoi pour l'ASB 1 devant VILLEVEYRAC. 3éme place de THUIR 1 contre LAMALOU 3.
5éme place de THUIR 2 Devant l'ASSO 34
7éme place de FRONTIGNAN devant l'ASB 2
9 éme place de LAMALOU 1 contre LAMALOU 2
et 11 éme place des AIRES contre ST FELIX de LODEZ

Prochain rendez-vous a l'accrobranche le 19 juin et dernier tournoi de la saison le 25 juin à LEZIGNAN CORBIERES.

CHRISTIAN ROUMEGAS.

Merci Christian pour tes fidèles compte-rendus. Encore MERCI !!!!

Tu as compris que c'est pour les gamins que c'est important, donc, chapeau à toi...

04/06/2011

POURQUOI CE FAIT-ON CHIER EN REGARDANT JOUER LES BLEUS ???

 

L'équipe de France de Laurent BLANC a signé la pire entame de match de sa jeune existence, vendredi en Biélorussie (1-1). Pendant vingt minutes, le temps d'encaisser un but, les Bleus ont semblé particulièrement impuissants et, surtout, n'ont pas réussi à s'adapter au problème posé par leur rival.

 

"On s'y attendait"

est en substance la phrase que l'on a le plus entendue vendredi dans la bruyante et surpeuplée zone mixte du stade Dynamo de Minsk. On a bien envie de croire les hommes de Laurent Blanc. Mais on n'y arrive pas. Et pour cause : qui aurait pu imaginer un seul instant que les Tricolores allaient connaitre une telle entame ? Que les Français allaient se faire remuer de cette manière ? Et que l'on allait assister à des séquences interminables de redoublements de passes entre Rami et Sakho, Rami et Lloris ou encore Lloris et Sakho ? Pas grand monde. Pourtant, durant sensiblement vingt minutes, le temps de prendre un but, les Français n'ont pas sorti un ballon propre et terriblement souffert du pressing biélorusse. Heureusement, il y a eu Malouda. La France s'envolera samedi en Ukraine avec un point supplémentaire dans sa besace. Ça fait moins désordre.

Arrivés à Clairefontaine dans des états de forme disparates, les Bleus n'ont pas réussi à gommer leurs différences au cours du stage. Vendredi, ça s'est vu comme le nez au milieu de la figure. Laurent Blanc le craignait. Il a été servi : "Il y avait de l'envie mais surtout de la fatigue. Ces matches au mois de juin sont toujours difficiles surtout face à des joueurs qui sont en plein championnat et qui ne font que défendre."

"Notre philosophie"

Sous le coup de la déception et légèrement agacé, Blanc a oublié de signaler que les locaux avaient également eu l'intelligence de mettre l'accent sur le combat physique. D'entrée, les Biélorusses - qui auront pris quatre points face aux Bleus - n'ont pas calculé et tout donné, mettant à mal une équipe de France souvent amorphe et surtout atone. "C'était un match engagé où il y a eu pas mal de fautes, a reconnu ALOU DIARRA, capitaine qui a bu la tasse en début de match. Il y a eu beaucoup de duels. On n'a pas été surpris." Un petit peu quand même. C'est en tout cas ce qu'a ressenti HUGO LLORIS sur sa ligne de but. "On s'est laissé endormir et on a perdu des ballons trop facilement. On s'est compliqué la tâche car on a manqué d'agressivité face à une équipe qui pressait assez haut."

Les Bleus ont également manqué de discernement. Alou Diarra le concède : "Ils avaient beaucoup de fraicheur, on essayait de repartir de derrière, c'est notre philosophie de jeu." D'eux-mêmes, les joueurs n'ont pas été capables d'évoluer et de s'adapter au problème posé. Il a fallu attendre que le sélectionneur invite SAMIR MASRI à reculer d'un cran pour que le visage du match évolue. Le Gunner a alors mis sa technique au service de la relance. Il a donné un peu de relief à la construction française et éclairci un horizon qui s'était déjà dégagé quelques minutes auparavant avec l'égalisation de Malouda. Celle-là, personne ne l'attendait. Les joueurs n'ont pas osé aller jusque-là.

Eurosport - Maxime DUPUIS (envoyé spécial à Minsk)