Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

06/05/2011

BRAGA EN FINALE

Ce jeudi, en demi-finale retour de la Ligue Europa, le Sporting Clube de Braga a disposé du Benfica Lisbonne (1-0) dans une confrontation 100% portugaise pour rejoindre le FC Porto, tombeur de VILLAREAL, en finale de la Ligue Europa, le 18 mai prochain à Dublin. Battus 2-1 au match aller, les Arsenalistas ont fait la différence dans les vingt premières minutes de jeu grâce à une seule réalisation de Custodio (18e). Malgré plusieurs occasions en seconde période, notamment par Jara (60e) ou Gaitan (79e), les Lisboètes ont été incapables de refaire leur retard au tableau d'affichage.



Il y aura donc deux clubs portugais en finale de la Ligue Europa, le 18 mai prochain à Dublin, mais pas forcément ceux que l'on imaginait au départ. Alors que la qualification de Porto contre Villarreal ne faisait guère de doute après la large victoire (5-1) des Dragons à l'aller, celle du Sporting Clube de Braga contre le Benfica Lisbonne est un peu plus étonnante.

Reversés en Ligue Europa après avoir terminé 3e de leur poule de Ligue des champions derrière le Shakhtar Donetsk et ARSENAL, les tombeurs de Séville au tour de barrages ont réalisé un magnifique parcours pour s'octroyer le droit de défier leur voisin portuan, dans une finale aux allures de derby. Ce jeudi, les Arsenalistas ont en effet maitrisé les débats et inscrit ce but qui leur faisait tant défaut après la défaite vécue à l'aller (2-1). Extrêmement compact en première période, Braga a su trouver la faille très rapidement, avant de résister aux assauts d'Aigles obligés de marquer au moins une fois pour décrocher la qualification.

Un Benfica inoffensif en première période

Dans leur 4-4-2 avec Carlos Martins en meneur de jeu (Pablo Aimar était suspendu) et Nico Gaitan, le bourreau du PSG, dans le couloir droit, les Benfiquistes étaient sous l'emprise de leur adversaire dans le premier quart d'heure de jeu et le but de Custodio ne faisait que valider une domination sans partage de Braga. Avec Hugo VIANA en détonateur au milieu du terrain et Meyong en électron libre en pointe, le Sporting prenait logiquement les devants sur un corner frappé par le premier à la suite d'un bon mouvement du second. Le coup de pied de coin côté gauche tiré par l'ancien de NEWCASTLE et du Sporting Clube de Portugal trouvait ainsi la tête de Custodio aux 5 mètres 50. D'un coup de boule parfaitement décroisé, le milieu défensif sanctionnait alors une formation lisboète trop pauvre dans le jeu (18e, 1-0).

Même mené à la marque, le Benfica ne réagissait pas dans les 25 dernières minutes de la première période et attendait le second acte pour enfin passer à l'action. Saviola avait tout juste inquiété Artur, le dernier rempart adverse, en frappant sur le montant droit alors qu'Oscar Cardozo, le passeur, était parti à la limite du hors-jeu (42e).


Conscients d'avoir mis tous leurs oeufs dans le même panier après avoir abandonné leur titre au FC Porto, les Aigles benfiquistes s'offraient un peu plus d'opportunités après la pause devant des Arcebispos qui n'avaient certainement pas l'intention de se découvrir pour se faire planter un couteau dans le dos. Entré en lieu et place de César Peixoto, Jara, buteur à l'aller contre le PSG, frôlait la lucarne d'Artur sur son tir tandis que Saviola vendangeait une énorme occasion sur un corner de Coentrao, prolongé de la tête par Luisao (80e).

Auparavant, Nico Gaitan avait été contrarié par Artur qui se détendait de tout son long pour repousser son missile (79e). Impressionnant tout au long de la rencontre, Paulao était même encore là pour sauver Braga sur sa ligne de but après une tête de Kardec (88e). Accrochée, cette opposition a finalement tourné en faveur de l'outsider qui s'était déjà imposé 2-1 en championnat à domicile. Le FC Porto, lui, s'est à chaque fois imposé contre Braga en Liga Zon Sagres cette saison. La tâche qui attend les protégés de Domingos Paciência sera donc encore plus grande, le 18 mai prochain, en finale à Dublin.

23/04/2011

MERCI TAÏWO !!!

FINALE DE LA COUPE DE LA LIGUE 2011: MARSEILLE 1-0 MONTPELLIER. L'O.M. CONSERVE SON TROPHEE!!!!

 

coupe%20de%20la%20ligue.jpg

Comme une cocotte minute trop longtemps restée sur le feu, le Stade de France a explosé. D'une frappe rageuse à dix minutes du coup de sifflet final, Taye Taïwo a offert une deuxième Coupe de la Ligue d'affilée à Marseille aux dépens de Montpellier (1-0). Le latéral gauche pourra quitter le club à la fin de la saison avec le sentiment du devoir accompli.

Jamais aucune équipe n'avait réussi à conserver ce trophée. L'année dernière, sa victoire au Stade de France avait propulsé Marseille dans une formidable dynamique de succès qui lui a valu de remporter le titre de champion de France quelques semaines plus tard. Toute la cité phocéenne rêve désormais de voir le scénario se repéter.

Marseille sait en tous cas mettre à l'épreuve le coeur de ses dizaines de milliers de supporteurs qui avaient convergé vers Saint-Denis. Sévèrement accueillis par des Montpelliérains très agressifs en début de match, les joueurs de Didier Deschamps ont longtemps cru la soirée maudite.

La sortie sur blessure de Stéphane Mbia (7e) puis la frappe sur le poteau de Valbuena (32e) laissaient augurer d'une soirée où tout tourne mal. Suppléant de Jourdren dans le but Montpelliérain, Pionnier tenait son équipe du bout de ses gants en détournant le coup franc de Lucho (19e) ou la tête d'André Ayew (46e). Montpellier de son côté voyait Mandanda s'interposer du pied devant Sahi (22e) puis stopper en deux temps une frappe de Jeunechamp (35e).

Le spectacle n'était pas franchement au rendez-vous sur le terrain mais le public de Saint-Denis offrait une belle opposition où les poumons marseillais ont pris sensiblement le dessus. L'avantage du nombre en somme. Une nouvelle tête à côté d'Ayew (59e) faisait se lever les supporteurs marseillais de dépis. Mais Taïwo leur redonnait l'occasion de bondir pour ne plus jamais s'assoir.

Avec douze trophées dans les coupes nationales (10 Coupe de France, 2 de la Ligue), Marseille est désormais recordman en France devant le PSG (11). Mais pas certain que cette nouvelle statistique suffise à rassasier les Marseillais. La bande à Deschamps se lance désormais dans la course derrière Lille pour arracher un deuxième doublé de rang. Les Nordistes sont prévenus, ce Marseille là a très faim et n'aime pas laisser de restes.

www.leparisien.fr    

Les notes des joueurs de Marseille:

MARSEILLE_TAIWO_230309.jpg

L’homme du match : Taïwo (6) :

plutôt discret durant la rencontre, Taye Taiwo s’est contenté de bien défendre et n’a que très rarement pris son couloir. Mais à la 81e minute, le Nigérian va faire basculer la rencontre puisqu’il va inscrire le seul but de la rencontre sur une belle frappe du droit.

Mandanda (6) :

un match impeccable du capitaine marseillais. Impérial sur ses interventions, Mandanda n’a jamais failli et a parfaitement rassuré sa défense.

Fanni (6) :

peu en vue en première période, le latéral droit de l’OM va monter en puissance par la suite pour livrer une copie correcte sans plus en se battant sur tous les duels.

Heinze (6) :

l’expérience et la grinta de Gaby Heinze ont encore été très importantes pour Marseille ce soir. Jamais réellement mis en danger par les offensives montpelliéraines

Diawara (5) :

le roc sénégalais n’a guère été mis en danger durant le match. Il a malgré tout fait parler sa puissance et son impact physique pour prendre le dessus sur Olivier Giroud.

Taiwo (6) :

voir ci-dessus

M’Bia (non noté) :

très rapidement remplacé par Charles Kaboré(6) dès la 6e minute de jeu après un choc. Le milieu burkinabé a parfaitement tenu son rôle de sentinelle devant la défense. Appliqué à ratisser le maximum de ballon, Kaboré a fait le métier et a prouvé qu’il pouvait être bien plus qu’un simple remplaçant.

Cheyrou (6) :

nouvel homme fort dans le dispositif de Didier Deschamps, Cheyrou a tenté d’orienter le jeu de son équipe. Mais face à un milieu de terrain héraultais bien regroupé, le milieu phocéen s’est bien battu et s’est contenté de faire sortir le ballon proprement, ce qu’il a réussi à faire le plus souvent.

Lucho Gonzalez (4) :

une nouvelle fois transparent. En grande difficulté au sein du milieu de terrain ultra renforcé, l’Argentin a bien tenté de se mettre en valeur, mais Lucho a beaucoup couru dans le vide sans rien apporter au jeu. Remplacé par Abriel (84e)

Valbuena (6,5) :

une bonne première période et un retour au premier plan pour petit vélo qui était à la recherche du second souffle depuis son retour de blessure. Pas toujours heureux dans ses choix, sa rage de vaincre et sa pugnacité lui ont permis d’apporter le danger dans la surface adverse. Remplacé par Jordan Ayew(90e).

Ayew (6) :

placé sur le flanc gauche en début de match, le Ghanéen a joué souvent dans l’axe, laissant son côté à Gignac. Peu en vue dans le jeu, Ayew s’est offert deux belles occasions de la tête.

Gignac (5) :

beaucoup d’engagements et un bel état d’esprit du côté d’APG. Placé en pointe par Didier Deschamps, ce dernier va évoluer sur tout le front de l’attaque. S’il a distillé de nombreux centres, il a prouvé par son placement sur le terrain qu’il ne veut visiblement pas évoluer en pointe. Dommage, car son positionnement n’a pas aidé l’OM à porter le surnombre dans la surface de réparation montpelliéraine.

www.footmercato.fr

22/04/2011

LE REAL MADRID PRIVE DE COUPE D'ESPAGNE!!!

copa_del_rey.gif

Mercredi soir, le Real Madrid a remporté la Coupe d'Espagne face au Barça, victoire 1 à 0 durant les prolongations, mais le club n'a pas conservé le trophée bien longtemps... En effet, SERGIO RAMOS a commis une grosse boulette. A l'issue de la rencontre, les joueurs du REAL ont défilé dans les rues madrilènes, juchés sur un autobus, pour partager la victoire avec la foule de supporters. Et Sergio Ramos a eu la bonne idée de brandir à son tour le trophée, la Coupe du Roi, à l'avant du bus, pour la montrer à la foule en délire. Mais sans doute était-il trop fatigué pour maîtriser le trophée, qui pèse pas moins de 15 kilos...et la Coupe lui a échappé des mains pour se fracasser sur l'asphalte, devant le bus madrilène. Et ce dernier n'a pu l'éviter et lui a roulé dessus!!!

Sergio-Ramos-dropped-Copa-del-Rey-trophy-under-moving-bus.jpg

Pauvre Sergio RAMOS! Voilà 18 ans que le REAL attendait de fêter cet événement sportif, et voici que le club s'est vu la Coupe retirée... Brisée en au moins une dizaine de morceaux, la Coupe a en effet été récupérée par la fédé espagnole pour réparations. Pour combien de temps? Espérons que le REAL n'attendra pas 18 berges pour récupérer le trophée! 

Copue cassée.jpg

En effet, comme nous le signale Eric dans son commentaire, le bijoutier madrilène, Federico ALEGRE, qui a réalisé le trophée, avait prévu une copie au cas où... Il savait très bien qu'il y avait Sergio Ramos dans les rangs des merengues, dont le QI est proche de celui de l'holothurie. Ainsi le Real de Madrid a pu remplacer le trophée original par une copie qui était visible dans la vitrine du club vendredi matin. "Je suis arrivé à Bernabeu deux minutes avant le bus de l'équipe. J'en ai toujours une supplémentaire (coupe) avec moi au cas où il arrive un imprévu, que le roi n'ait rien à offrir par exemple. Le trophée de secours était prêt depuis longtemps", a encore expliqué le bijoutier.