Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

13/08/2011

RENCONTRES A FURIANI : CA SE CORSE !!!

BASTIA - LE MANS (Ligue 2)

Trop c’est trop pour les pensionnaires de Ligue 2 qui se rendent à Bastia. Après Istres lors de la première journée, c’est Le Mans qui s’est plaint d’avoir été victime d’un véritable traquenard et d’un comportement « indigne du football professionnel » de la part des supporters et des dirigeants corses. Lors de la première journée, les Istriens avaient raconté que leur car avait été la cible de bombes agricoles et qu’ils avaient été insultés par les dirigeants bastiais et caillassés par les supporters adverses, dans des faits constatés par le délégué de la LFP. Ce vendredi soir, après le match perdu 1-0, les dirigeants manceaux se sont indignés contre l’attitude des dirigeants corses, qui auraient molesté les joueurs à la mi-temps même du match, ces derniers n'ayant pas pu rentrer dans leur vestiaire pendant de longues minutes à la fin de la première période. Dans un communiqué, Le Mans a demandé des sanctions exemplaires.

« Comment peut-on accepter dans le football professionnel moderne qu’une équipe visiteuse se fasse apostropher verbalement et physiquement comme l’a été l’équipe du Mans dans le couloir des vestiaires à la mi-temps du match ce soir ? Comment peut-on tolérer que certains de ces agissements soient l’œuvre de dirigeants corses ? De tels débordements ne peuvent être cautionnés alors même que l’ensemble du football français s’est engagé dans une voie de modernisation et d’ouverture des stades vers des publics familiaux », a dénoncé le club sarthois. Des dirigeants corses qui n’en sont pas à leur premier fait d’arme, puisque lors d’une rencontre de Coupe de la Ligue à Auxerre la saison dernière, deux d’entre eux avaient entrainé la blessure d’un stadier local en empêchant l’interpellation par la police de supporters bastiais coupables d’avoir lancé des fumigènes sur le terrain et provoqué l’interruption du match.

29/07/2011

TROPHEE DES CHAMPIONS (Marseille 5 Lille 4)

 

 

live_marseille_lille.jpg

Pas si parfait... 

 

Le Trophée des Champions a mis en évidence les qualités mais aussi les carences de LILLE et de MARSEILLE. Convaincants mais battus sur le fil (4-5), les champions de France en titre doivent progresser en défense. Les Phocéens, eux, ne pourront pas toujours miser sur leur incroyable courage.

A cinq minutes près, les Lillois auraient pu déjà marquer les esprits. A Tanger, les champions en titre et vainqueurs de la Coupe de France étaient tout près d'écrire une nouvelle ligne à leur palmarès. Ils ont pourtant craqué dans une fin de match totalement incroyable et leurs dauphins marseillais ont remporté le Trophée des champions pour la seconde année consécutive (5-4). Longtemps maîtres des événements, les joueurs de Rudi Garcia pourront toujours critiquer l'arbitrage marocain, ils ont complètement craqué face à la détermination des Phocéens. "On a fait une belle deuxième mi-temps, mais quand on mène 3 à 1, on ne peut s'en prendre qu'à nous-mêmes, a d'ailleurs reconnu leur entraîneur. Même le staff, quand on voit le match devenu un peu bizarre sur la fin. Est-ce que physiquement on était cuit ? Peut-être. Pour nous c'est dur mais ça nous sert de leçon pour le championnat".

A une dizaine de jours du coup d'envoi de la Ligue 1, l'entraîneur du LOSC a aligné ce qui ressemble à une équipe-type pour ce premier match officiel. Basa, Pedretti et Payet, successeurs à chaque poste de Rami, Cabaye et Gervinho étaient donc titulaires. Chacune des trois recrues a offert du bon et du moins bon et a démontré ainsi que l'intégration demandait encore de réels réglages. Basa a marqué de la tête dans un final haletant, mais n'a pas su imposer son physique face aux attaquants de l'OM. Pedretti a fait preuve d'autant d'efficacité que de discrétion dans l'entre-jeu avant de provoquer le penalty fatal à son équipe. Pas assez rapide, son apport offensif fut décevant. Payet a évolué dans un registre similaire. L'ancien Stéphanois s'est démené, mais il a manqué de vivacité et de tranchant pour se montrer réellement dangereux ou même épauler Sow.

Chedjou sera suspendu

Heureusement, Lille peut toujours compter sur ses valeurs sûres. Les joueurs de Garcia savent toujours faire tourner le ballon sans se précipiter pour trouver les espaces. Landreau a encore brillé en détournant de nombreuses tentatives marseillaises. Avec Hazard et Debuchy très souvent portés vers l'avant, le jeu nordiste devrait pencher à droite cette saison. Si le Belge a encore étalé son talent, l'arrière droit s'est enflammé et n'avait plus les jambes et la lucidité pour résister à la folie marseillaise des dernières minutes. Les Dogues ont reculé, se sont relâchés et ont eu tort. Ils ont surtout perdu Chedjou qui sera suspendu pour la première journée. "Le point noir, c'est l'exclusion de Chedjou, peste Garcia. On peut siffler peno, mais il y a un manque de psychologie forte, le carton est préjudiciable pour le championnat".

Car, en face, les joueurs de Didier Deschamps ont été fidèles à leur réputation d'équipe coriace, s'appuyant beaucoup sur le physique et le mental. "On a eu cette force de caractère pour revenir", a ainsi pu se réjouir Deschamps. Dès les premières secondes du match, ils ont pris leurs adversaires à la gorge et multiplié les tentatives sur le but de Landreau. Peu efficaces et douchés par le but de Balmont (9e), ils ont accusés le coup et se sont éparpillés, évoluant trop loin les uns des autres. Entre Amalfitano, peu habitué à évoluer à droite de l'attaque, Lucho et Cheyrou, embourbés au milieu, le liant manquait. Deschamps semble pourtant satisfait de ses recrues : "Morel a fait preuve de beaucoup de tempérament, il trouve ce but qui nous fait du bien. Amalfitano fait une bonne première période, après c'est plus difficile. Diarra, il a encore à améliorer sa condition physique".

"On a pris tous ces buts..."

Entré après l'heure de jeu, Jordan Ayew a reboosté tout cela. Son frère André, ainsi que Morel et Rémy ont pris le relais et le reste de l'équipe a suivi. Grâce à sa force de caractère, l'OM a arraché un succès inespéré. Toutefois, le club phocéen ne peut pas se reposer sur un joueur de 19 ans pour compenser la lenteur de sa défense centrale Diawara-Mbia et l'absence d'un grand buteur. "On a pris tous ces buts... il y a un peu de fatigue, mais il y a aussi la qualité des attaquants de Lille. Je ne peux pas me satisfaire sur le plan défensif de prendre quatre buts", prévient Deschamps.

Eurosport - Damien DORSO

11/07/2011

Finau Vulivuli

 

Finau Vulivuli 

Fiche d’identité: Nationalité Fidjienne. Naissance 18 août 1982 (28 ans) 

Vunivuli.jpg

Période pro Internationale depuis 2008: Finau Vulivuli est une arbitre fidjienne de football née le 18 août 1982. Finau Vulivuli, arbitre internationale depuis 2008, dirige des matchs lors de la Coupe du monde de football féminin des moins de 17 ans en 2008 et 20091. Elle fait partie des 16 arbitres retenues pour la Coupe du monde de football féminin 20112, devenant ainsi la première arbitre fidjienne à arbitrer en Coupe du monde.