Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

13/08/2011

RENCONTRES A FURIANI : CA SE CORSE !!!

BASTIA - LE MANS (Ligue 2)

Trop c’est trop pour les pensionnaires de Ligue 2 qui se rendent à Bastia. Après Istres lors de la première journée, c’est Le Mans qui s’est plaint d’avoir été victime d’un véritable traquenard et d’un comportement « indigne du football professionnel » de la part des supporters et des dirigeants corses. Lors de la première journée, les Istriens avaient raconté que leur car avait été la cible de bombes agricoles et qu’ils avaient été insultés par les dirigeants bastiais et caillassés par les supporters adverses, dans des faits constatés par le délégué de la LFP. Ce vendredi soir, après le match perdu 1-0, les dirigeants manceaux se sont indignés contre l’attitude des dirigeants corses, qui auraient molesté les joueurs à la mi-temps même du match, ces derniers n'ayant pas pu rentrer dans leur vestiaire pendant de longues minutes à la fin de la première période. Dans un communiqué, Le Mans a demandé des sanctions exemplaires.

« Comment peut-on accepter dans le football professionnel moderne qu’une équipe visiteuse se fasse apostropher verbalement et physiquement comme l’a été l’équipe du Mans dans le couloir des vestiaires à la mi-temps du match ce soir ? Comment peut-on tolérer que certains de ces agissements soient l’œuvre de dirigeants corses ? De tels débordements ne peuvent être cautionnés alors même que l’ensemble du football français s’est engagé dans une voie de modernisation et d’ouverture des stades vers des publics familiaux », a dénoncé le club sarthois. Des dirigeants corses qui n’en sont pas à leur premier fait d’arme, puisque lors d’une rencontre de Coupe de la Ligue à Auxerre la saison dernière, deux d’entre eux avaient entrainé la blessure d’un stadier local en empêchant l’interpellation par la police de supporters bastiais coupables d’avoir lancé des fumigènes sur le terrain et provoqué l’interruption du match.

12/08/2011

MONDIAL DES MOINS DE 20 ANS EN COLOMBIE

 

LA FRANCE EN QUART...

L'ailier Antoine Griezmann était le joueur qui avait le plus tenté de frappes depuis le début du tournoi, surtout lors de premières périodes très actives. Encore une fois, il s'y est employé mais cette fois, il n'a pas disparu après la pause. Présent dans le jeu et dans la récupération, il a même délivré, un caviar à Lacazette, qui a malheureusement manqué le cadre.

 

Alors quand Fofana a envoyé un centre fuyant de la droite, Griezmann s'est précipité pour battre le gardien en s'y reprenant à deux fois. Même si Sunu était hors-jeu, l'arbitre a validé le but, libérant les Bleus.

 

Car l'équipe n'aura pas brillé. Pourtant, le sélectionneur Francis Smerecki avait annoncé "un autre visage" par rapport au match contre le Mali (2-0). Ses Bleus sont effectivement passés d'un 4-2-3-1 à un 4-3-3, Grenier remplaçant numériquement Kakuta dans l'entrejeu. Mais le "visage" n'était pas vraiment plus souriant, et Grenier, l'homme qui avait fait basculer le match contre le Mali, s'enferrait dans un déchet technique trop important pour peser suffisamment.

 

Les Bleus ont également souffert physiquement face à des Equatoriens plus agressifs. Les Jaunes se sont offerts plusieurs situations chaudes, occasionnant quelques cafouillages. Les joueurs de Smerecki ont alors pu compter sur leurs deux piliers défensifs : le défenseur central Faure, sur tous les ballons, et le gardien Ligali, alternant arrêts peu académiques et très véloces.

 

Faute d'arbitrage ? 

 

A l'issue de la rencontre, le sélectionneur de l'Équateur, Sixto Vizuete, a dénoncé une "faute d'arbitrage" sur le but des Bleus. "C'est le travail de quatre ans avec ce groupe qui s'arrête avec cette faute d'arbitrage, a-t-il pesté. Il faudra bien la regarder, mais tout le monde dit qu'il y a quelque chose sur cette action" a-t-il déclaré.

 

Antoine Griezmann, auteur du but, est lui satisfait, "Je suis heureux d'avoir marqué, ça faisait longtemps que je disais que j'allais marquer. Je pensais que j'étais hors-jeu, j'ai douté, j'ai regardé l'arbitre et les juges de touche. On s'est bien trouvés, mais on a péché dans la finition".

 

Même chose pour le sélectionneur des Bleuets, Francis Smerecki, "Ce soir, tout le monde est content, les joueurs et moi. On a fait un match sérieux, appliqué. Ça veut dire que les choses s'améliorent. J'ai vu une équipe intelligente, posée par moments. Rien n'est parfait, mais c'était bien. Ils savaient où ils allaient."

11/08/2011

FRANCE-CHILI 1à1 UN CHILI CONCARNEAU.....

 

chile_flag.jpg

Laurent Blanc a été agacé par quelques erreurs de ses joueurs face au Chili. Mais globalement, le sélectionneur français a trouvé ce nul de très bonne qualité et estime que son équipe est sur le bon chemin.

Laurent Blanc, quelle est votre analyse du match face au Chili ?
J'ai passé une bonne soirée et vu un bon match de foot. J'ai vu une belle équipe du Chili, j'ai vu une équipe de France durant les 25 premières minutes d'un bon niveau. J'ai vu des joueurs hyper, hyper doués dans les deux équipes, j'ai passé une belle soirée. On aurait comme toujours aimé gagner ce match-là. On en a eu la possibilité à certains moments mais il faut reconnaître que le Chili s'est procuré quelques occasions de but et en a converti une qui est magnifique. Donc voilà, dans le contenu je suis assez satisfait de la production des joueurs même si je suis toujours, et encore plus exigeant avec eux. Mais pour un match du mois d'août j'ai trouvé qu'il y avait beaucoup de qualité. Je pensais que cette équipe chilienne allait être un peu moins bien physiquement, mais comme elle tient le ballon, avec la qualité technique des joueurs qu'ils ont, ça a été une belle soirée.

Quel joueur chilien vous a impressionné ?
Toute l'équipe. Sanchez est le joueur de cette sélection. Il n'a pas signé à Barcelone pour rien. C'est un joueur que j'ai découvert quand il était à l'Udinese. Mais je peux vous dire qu'il n'y a pas que Sanchez dans cette équipe-là. L'ensemble est bien rodé. C'est un collectif qui aime avoir la possession du ballon. Ils ont des joueurs techniquement très doués. On l'avait dit avant, des fois on ne le pense pas, mais là je le pensais et ils ont confirmé que c'était une très bonne équipe.

Votre défense centrale vous a-t-elle plu ?
Oui, mais je n'ai pas regardé que la défense centrale. Quand on regarde une défense, on regarde les quatre joueurs, car il y a des couvertures importantes sur les côtés et la sentinelle devant qui protège l'axe central. Globalement, individuellement et collectivement et même si collectivement en seconde mi-temps il y a eu quelques coups mal jugés par notre défense, dans l'ensemble je suis assez satisfait par notre défense.

Le jeu vers l'avant vous a-t-il fait passer de bons moments ?
Oui. Je crois que pour avoir des situations comme ça, il faut bien maîtriser le ballon et pour le moment, je trouve qu'on ne maîtrise pas assez bien le ballon, que ce soit en partant de derrière ou que ce soit dans l'entrejeu pour pouvoir mettre en difficulté l'adversaire. On veut cette philosophie de jeu. Le vouloir, c'est bien. Le mettre en pratique, c'est quand même beaucoup plus difficile. Il faut être sûr techniquement et il faut être à mon avis au maximum de sa forme, ce qui n'est pas le cas ce soir pour l'ensemble des joueurs. Il faut avoir un collectif bien rôdé, ce qui a fait la différence entre l'équipe du Chili et la nôtre ce soir. Mais on a quand même su proposer des choses et marqué un joli but, on aurait pu en marquer d'autre. Dans l'ensemble je suis assez satisfait.

« Le petit Marvin a encore marqué des points »

Etes-vous satisfait de l'expérience de Marvin Martin plus en retrait ?
Il n'avait pas un rôle différent de celui qu'il a à Sochaux. On avait décidé de ne jouer qu'avec un demi-défensif devant la défense parce qu'on avait décidé de rester au contact de cette équipe chilienne car on savait qu'elle conservait très bien le ballon. Avec Samir Nasri, ils avaient la charge de mener le jeu. Le petit Marvin a encore marqué des points. C'est un joueur qui est plaisant, qui met à l'endroit l'équipe, c'est un joueur qui perd peu de ballons. Il manque encore cette confiance et l'expérience internationale. Il continue d'avancer c'est bien. Il sent le football. Quand tu sens le football, tu es souvent à l'aise. Il aime avoir le ballon, est sûr de sa technique, même s'il manque d'un peu d'expérience internationale et donc de poids dans cette équipe, mais on s'aperçoit que les joueurs lui font de plus en plus confiance, ce qui est un bon signe.

Ce match vous procure quel sentiment avant les déplacements en Albanie et en Roumanie ?
Ce sera un match totalement différent. Le contexte sera totalement différent, on aura une équipe qui nous attendra et qui nous proposera beaucoup plus du combat physique que du jeu dans les intervalles. En Albanie et en Roumanie, je peux vous dire que ça va secouer et il faudra être prêt. Cela sera un contexte totalement différent. Ce match nous a donné quelques informations, quelques certitudes, notamment en défense. Mais d'ici là, j'ai vu le calendrier. Comme toutes les sélections, nous auront des pépins.

Vous attendiez vous à moins bien que ce soir ?
En ce qui concerne mon équipe, je souhaite toujours individuellement et collectivement... Il y a de l'intention même si on ne réussit pas tout et qu'on fait encore des erreurs techniques qui m'agacent un petit peu. Mais dans l'état d'esprit, dans la motivation et la préparation, on est sur le bon chemin. Mais l'équipe du Chili est une très très bonne équipe. Je l'avais déjà vu durant la Copa America. Individuellement, si j'étais recruteur européen, sans parler de Sanchez qui est déjà bloqué par Barcelone, il y a quelques joueurs qui ont marqué des points.