Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

13/02/2012

COUPE D'AFRIQUE DES NATIONS 2012: LE SACRE DE LA ZAMBIE.

 

 

958685-zambie-drapeau-ic-ne--chemin-de-d-tourage.jpg

 

La Zambie a provoqué un énorme coup de tonnerre en remportant la première CAN de son histoire contre la Côte d'Ivoire de Drogba (0-0 a.p, 8 t.a.b à 7), qui a manqué un penalty, dimanche à Libreville, honorant dignement par cet exploit retentissant la mémoire de sa sélection décimée par un crash aérien en 1993.

 

Le sélectionneur français de la Zambie, Hervé Renard l'avait prédit. Le retour des Chipolopolos en terre gabonaise, près de 19 ans après ce dramatique accident d'avion, était forcément "un signe du destin". Le pèlerinage émouvant, à deux jours de la finale, sur la plage de la capitale gabonaise où s'est écrasé l'appareil, n'aura pas été vain. Rien ne pouvait arriver à l'invité surprise de cette finale, vainqueur au terme d'une séance de tirs aux but dramatique, sur une dernière tentative réussie de Sunzu, et dont le parcours plein de symboles aura marqué cette Coupe d'Afrique des Nations.

Après avoir fait chuter deux autres grands favoris, le Sénégal (2-1 au 1er tour) et le Ghana (1-0 en demi-finale), les Zambiens ont eu la peau des Eléphants et de leur capitaine Didier Drogba, décidément maudit. Comme en 2006 en finale contre l'Egypte, le leader ivoirien a manqué un penalty, cette fois en cours de jeu, et ne soulèvera peut-être jamais un trophée avec sa sélection, lui qui a quasiment tout gagné en club. Le triomphe des Chipolopolos, qui succèdent à l'Egypte au palmarès, est surtout celui de son technicien français au look de play-boy. Hervé Renard, dont le charisme et la détermination ont porté son équipe au sommet, avait vu juste en répétant qu'une équipe pouvait parde la CAN en n'ayant encaissé aucun but.

C'est le triste destin des Ivoiriens, qui ajoutent un nouvel échec cuisant à leur collection après ceux de 2006 (finale), de 2008 (demi-finale) et de 2010 (quart de finale) et devront encore attendre avant de remporter une nouvelle Coupe d'Afrique après leur unique sacre de 1992. Tétanisée par l'enjeu et bousculée par la vivacité et la belle technique des attaquants zambiens, la Côte d'Ivoire n'est jamais véritablement entrée dans la partie, loin de la solidité affichée tout au long du tournoi. Alors que le capitaine des Chipolopolos, élu par ailleurs meilleur joueur de la compétition, Chris Katongo multipliait les accélérations côté droit, Kalaba et Mayuka ont mis au supplice une défense ivoirienne bien pataude en multipliant les exploits individuels. Le premier a expédié un beau coup franc dévié de peu en corner (23e) tandis que le second a vu sa tête lobée passer légèrement au-dessus de la cage gardée par le vétéran Copa Barry (32 ans).

equipe_zambie430.jpg

Pendant ce temps, les stars ivoiriennes ont été méconnaissables, seul Drogba tentait de réveiller des Eléphants visiblement gagnés par la peur. Le buteur de Chelsea n'a pas été aidé par ses coéquipiers, à l'image de Yaya Touré, loin de son meilleur niveau et qui a gâché la plus belle occasion des siens après une magnifique talonnade de son capitaine (30e). La pause n'a pas eu le don de réveiller les troupes de François Zahoui, jamais à l'abri d'un contre zambien, et surtout victimes de leurs propres errements comme sur le penalty expédié au-dessus de la cage de Kennedy par Drogba et cette balle de match dans les pieds de Gradel à quatre minutes du terme du terme du temps réglementaire. La Côte d'Ivoire n'était pas au bout de ses frayeurs avec le poteau de Chris Katongo en prolongation après un festival de son frère Felix (95e). Elle ne savait pas encore que le pire restait à venir.

09/02/2012

BHM-ASSO 34: LAMENTABLE, INSUPPORTABLE, INTOLERABLE !!!

DEUX JOUEURS DE L'ASSO 34 ROUES DE COUPS A BEZIERS!

stade_presidente.jpg

Dimanche 5 février 2012, les SENIORS de l'ASSO 34 se déplaçaient à Béziers, au Stade de la Présidente, pour rencontrer l'équipe de Béziers Hérault Méditerranée. Avant le coup d'envoi, c'est l'un de nos entraîneurs qui est tiré au sort pour arbitrer le match, Frédéric Sanchez. Notre Président, Mustapha Bouzakri est arbitre de touche, l'autre étant un membre de l'équipe hôte.

Assez rapidement, les joueurs SANG & OR, prennent l'avantage en ouvrant le score. Notre équipe mène 1 à 0. Après la demi-heure de jeu, l'arbitre siffle un pénalty en notre faveur, suite à une main flagrante d'un joueur de BHM dans la surface de réparation. La suite devient un véritable enfer pour l'ASSO 34...

Les joueurs de Béziers s'en prennent violemment à l'arbitre, insultes et coups fusent de toutes parts. En même temps, des supporters de Béziers Méditerranée (si on peut les qualifier de "supporters") pénètrent sur la pelouse pour régler leurs comptes! Branches d'arbres, poteaux de corners, bouts de bois deviennent de véritables armes qui visent l'intégrité physique de nos joueurs et de nos dirigeants. Les coups pleuvent. Notre gardien de but est roué de coup, à terre, se protégeant comme il le peut contre les coups de crampons ou de bâtons. Un autre de nos joueurs reçoit un coup de crampons en pleine face, lui entaillant les lèvres. Heureusement, quelques dirigeants et joueurs de BHM font sortir, dans la panique totale, les membres de l'ASSO 34 hors du stade.

Les forces de l'ordre, prévenues, sont arrivées sur place pour constater les faits. Cela n'a pas forcément calmé certains adversaires, qui ont commencé à caillasser les véhicules de nos joueurs et dirigeants. Les pompiers de la ville sont aussi intervenus pour conduire nos deux joueurs blessés aux urgences. Les blessures ont été constatées et certifiés par les médecins, soignées (points de suture, port d'une minerve suite à des coups au niveau des cervicales,...), et nos deux joueurs ont même eu une ITT de moins de 8 jours.

Des plaintes ont été déposées à la Gendarmerie de Capestang, par les deux joueurs, contre des adversaires reconnus avec précision. D'autres dépôts de plainte pourraient suivre suite aux dégats causés sur certains véhicules.

D'après notre Président, qui connaît la langue arabe quand même, l'ambiance était déjà très tendue dès l'entame du match. Il a entendu des propos menaçants, de la part des "supporters" adverses, faisant référence à la tragédie qui s'est produite en Egypte lors d'un match de foot..."Nous aussi, on va faire 70 morts..." Lamentable.

Nous attendons maintenant les suites de l'affaire: les décisions du District de l'Hérault de Football, dont le Président Jacques Andreu a été alerté, en souhaitant que des sanctions exemplaires soient prises. Le football amateur ne mérite pas d'être terni par ce genre d'agissements.

Je préfère ne pas en rajouter, vous laissant seuls juges.

Mais je souhaite terminer en adressant mes encouragements aux joueurs et à leurs entraîneurs.

J-Paul SIRAT

07/02/2012

INFOS MUNICIPALES PUISSERGUIER CONCERNANT LE STADE.

Glace.jpg

SUITE A LA REUNION DES ELUS SU CONSEIL MUNICIPAL DE PUISSERGUIER, ce mardi soir 7 février 2012, deux décisions ont été prises concernant le STADE MUNICIPAL DE PUISSERGUIER.

A savoir, pour des raisons de sécurité concernant les utilisateurs du stade (football et rugby) et pour ne pas abimer davantage l'état actuel de la pelouse (terrain dur et en partie gelé, herbe trop rase), L'ACCES AU STADE EST FERME JUSQU'AU PROCHAIN WEEK-END au moins. Un arrêté municipal a déjà été pris en ce sens.

Deuxièmement, L'ACCES AU CLUB-HOUSE EST INTERDIT, pour des raisons de sécurité, jusqu'à nouvel ordre. Des fuites d'eau ont conduit à un gel au niveau de la toiture, du plafond, formant de belles stalactites de glace, et les abords du CLUB-HOUSE sont transformés en véritable patinoire. Des réparations au niveau du plafond devront être entreprises pour sécuriser les lieux. De plus, l'électricité a été coupée et il est INTERDIT de la remettre en service en raison de risque important de COURT-CIRCUIT. Ce qui pourrait provoquer un incendie...

Je sais combien ces mesures, dues aux conditions climatiques, vont contraindre l'ASSO 34 et l'ABB XV. Mais nous espérons tous, pour les responsables des deux clubs, que la situation sera normalisée au plus vite. 

JEAN-PAUL SIRAT, Commission Sports.