Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

13/08/2011

RENCONTRES A FURIANI : CA SE CORSE !!!

BASTIA - LE MANS (Ligue 2)

Trop c’est trop pour les pensionnaires de Ligue 2 qui se rendent à Bastia. Après Istres lors de la première journée, c’est Le Mans qui s’est plaint d’avoir été victime d’un véritable traquenard et d’un comportement « indigne du football professionnel » de la part des supporters et des dirigeants corses. Lors de la première journée, les Istriens avaient raconté que leur car avait été la cible de bombes agricoles et qu’ils avaient été insultés par les dirigeants bastiais et caillassés par les supporters adverses, dans des faits constatés par le délégué de la LFP. Ce vendredi soir, après le match perdu 1-0, les dirigeants manceaux se sont indignés contre l’attitude des dirigeants corses, qui auraient molesté les joueurs à la mi-temps même du match, ces derniers n'ayant pas pu rentrer dans leur vestiaire pendant de longues minutes à la fin de la première période. Dans un communiqué, Le Mans a demandé des sanctions exemplaires.

« Comment peut-on accepter dans le football professionnel moderne qu’une équipe visiteuse se fasse apostropher verbalement et physiquement comme l’a été l’équipe du Mans dans le couloir des vestiaires à la mi-temps du match ce soir ? Comment peut-on tolérer que certains de ces agissements soient l’œuvre de dirigeants corses ? De tels débordements ne peuvent être cautionnés alors même que l’ensemble du football français s’est engagé dans une voie de modernisation et d’ouverture des stades vers des publics familiaux », a dénoncé le club sarthois. Des dirigeants corses qui n’en sont pas à leur premier fait d’arme, puisque lors d’une rencontre de Coupe de la Ligue à Auxerre la saison dernière, deux d’entre eux avaient entrainé la blessure d’un stadier local en empêchant l’interpellation par la police de supporters bastiais coupables d’avoir lancé des fumigènes sur le terrain et provoqué l’interruption du match.

Les commentaires sont fermés.