Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

02/07/2011

ECOSSE: COUPE DU MONDE DE FOOTBALL DANS LA BOUE.

 

Les fans du "football de boue" se mesurent dans la gadoue à Edimbourg 

mud soccer.jpg

Affublé d'un tutu de ballerine, Paul Wilkins, 28 ans, patauge avec entrain dans la gadoue: pour la première fois de sa vie, ce Londonien participe avec 500 autres mordus à une coupe du monde de foot un peu particulière à Edimbourg, où les joueurs évoluent dans ...la boue.

Les règles sont presque les mêmes que dans la version classique, à quelques détails près: pas de pelouse, des mottes de terre régulièrement arrosées pour créer une surface très spongieuse. Et des joueurs, souvent déguisés, qui s'enfoncent jusqu'aux mollets. "Les coéquipiers peuvent se relayer aussi souvent qu'ils le veulent parce que c'est très fatigant", explique Stewart Miller, organisateur de la coupe en Ecosse. Aussi, les matchs ne durent que 24 minutes et les participants attachent leurs chaussures avec de l'adhésif pour éviter de les perdre dans la boue. Impossible de courir vite, avec les pieds englués. La boue éclabousse les spectateurs quand le ballon atterrit près d'eux. Ou quand les footballeurs tombent dedans - souvent volontairement.

"C'est très dur, c'est un effort puissance dix!", commente Myriam Vogt après son premier match. "Mais franchement, c'était génial, j'ai aimé le corps à corps, se défendre. On rigole bien!", ajoute cette Française de 36 ans, mère de trois enfants. Elle est venue avec un groupe d'amis de la région de Metz (est de la France) pour tenter l'expérience. Sur les cinquante équipes participantes, une vingtaine sont là pour la première fois. Sur les terrains, beaucoup de représentants du Royaume-Uni et des pays scandinaves, mais aussi de Pologne ou de Russie.

soccer mud.jpg

La discipline est née en Finlande en 1997. Aujourd'hui, des championnats annuels, comme celui d'Ecosse, sont organisés dans plusieurs pays du nord de l'Europe. Mais les amateurs se préoccupent moins de marquer des buts que d'avoir une excuse pour se rouler dans la boue. "Ca n'a rien à voir avec le football", s'exclame Tora Oetgen, un chauffeur de taxi britannique. "Il faut juste aimer patauger dans la gadoue, c'est le truc le plus marrant qu'on ait jamais fait!". Ali Miller quitte le terrain couvert de boue des pieds à la tête. "C'est chaud, c'est bon pour la peau", commente cet Anglais de 26 ans. Sur les terrains, on se bouscule, mais peu ou pas d'agressivité. L'ambiance est résolument potache.

Paul Wilkins et ses coéquipiers en tutus posent bras dessus-bras dessous avec leurs adversaires, sans rancune malgré leur défaite à plate couture 30 à 0. "C'est la faute de l'arbitre, il les a favorisés", glisse malicieusement le Londonien. "Et puis, vous avez vu dans quel état est le terrain?"

 

Les commentaires sont fermés.