Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

28/06/2011

HOMOPHOBIE CHEZ LES FEMININES: INTOLERABLE POUR MOI & POUR L'ASSO 34 !

 MESSAGE  RECU PAR ALL OUT "EQUALITY ENYWHERE", où je suis abonné, par respect pour les homosexuels quels qu'ils soient, et pour défendre leurs causes. Les insultes homophobes n'ont rien à faire sur un terrain de foot, surtout à l'ASSO 34.

Chère amie, cher ami,

Avant même le coup d’envoi de la Coupe du monde de football féminin 2011 ce dimanche, certaines équipes ne jouent pas fair play.

Le New York Times vient de révéler (1) que la fédération de football nigériane mène une véritable chasse aux sorcières contre des joueuses de l’équipe nationale « non pas à cause de la qualité de leur jeu, mais parce qu’elles sont lesbiennes ». (2)

Pour ces joueuses, participer à la Coupe du monde est un rêve qui se réalise : imaginez-vous pouvoir être exclu(e) de votre propre équipe à cause de votre identité ?

Ce dimanche, alors que le Nigéria jouera le match d’ouverture de la Coupe du monde de football feminin, signez cette pétition pour demander à la fédération internationale de football - la FIFA - de condamner publiquement cette campagne homophobe, et de prendre des mesures pour y mettre fin. Nous remettrons vos signatures directement à l'institution.

La FIFA s'est déjà engagée à plusieurs reprises dans la lutte contre les discriminations à l'échelle internationale (3) : en 1961, la FIFA a exclu l’Afrique du Sud de la Coupe du monde à cause de son système d’apartheid, et ne l’a réadmise qu’en 1991, après la libération de Nelson Mandela. En 2001, la FIFA a adopté la Résolution de Buenos Aires et lancé l’ambitieuse campagne « Dites Non au racisme », afin de faire cesser les insultes racistes dans les stades. L'année dernière, c'est une mobilisation internationale qui a poussé le président de la FIFA à s'excuser après ses remarques déplacées envers les personnes lesbiennes, gays, bi et trans : « ce n'était pas mon intention de faire de la discrimination, et ça ne le sera jamais ... c'est exactement contre cela que nous [la FIFA] luttons. » a-t-il clarifié. (4)

Aujourd’hui, les personnes lesbiennes, gays, bi, et transgenres gagnent en visibilité dans le monde entier et s’impliquent dans la vie publique, mais elles se heurtent trop souvent aux discriminations et aux violences. C’est particulièrement vrai en Afrique, où des mouvements religieux fondamentalistes les marginalisent et les diabolisent, et où les lois discriminatoires et les préjugés homophobes pullulent. Parmi les cas d'aggression dans le sport récemment médiatisés, on compte celui de la joueuse de football sud-africaine Eudy Simelane, violée, battue et assassinée près de chez elle. (5)

C'est pourquoi au Nigéria, un pays où les lesbiennes sont parfois ostracisées et battues, la sélectionneuse nationale joue un jeu dangereux avec cette chasse aux sorcières. Mais nous pouvons agir : la FIFA dispose d’un vrai pouvoir moral qu’elle peut mettre au service de la lutte contre les discriminations. Alors que le coup d’envoi de la Coupe du monde de football féminin sera lancé ce week-end, prenez un instant pour demander à Joseph Blatter, le président de la FIFA, de condamner publiquement cette campagne homophobe, et d'affirmer haut et fort que l'homophobie n'a pas sa place dans le football.

www.allout.org/fr/fifa

Merci, et En avant !

Andre, Erika, Guillaume, Jeremy, Joseph, Nita, Oli, Prerna, Tile, Wesley et toute l'équipe de All Out


P.S. - Suivez notre campagne en temps réel sur notre page Facebook et sur notre compte Twitter.

Les commentaires sont fermés.