Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

06/07/2008

BERNARD MICHEL, TRISTE ANNIVERSAIRE

97aea62d504b4a406f47ab868bb72a68.jpg

Il y a déjà un an que Bernard Michel nous a quittés.
Le 6 juillet 2007.
Mais Bernard a laissé une empreinte indélébile au sein de notre école de football.
Il n’est pas superflu ici de rappeler combien il a compté pour nous, à Midi Lirou.
HOMMAGE

Tour à tour, Bernard a entraîné les 13 ans, les 15 ans, qu’il a monté au plus haut notamment avec Paul Bize, puis il a supervisé la section football-animation des Débutants jusqu’aux Benjamins, donnant un sérieux coup de main au niveau des Poussins entraînés par Jacky Rousseaux. Quand les petits arrivaient, ils lui sautaient au cou pour le saluer, et ensuite, suivaient à la lettre la moindre de ses consignes.
8c281a408f84a0ad7f84a8172ca55eb7.jpg
BERNARD ET SES MOINS DE 13 ANS.

Nul doute que Bernard a laissé son large sourire dans la mémoire de nos « p’tits champions », sa disponibilité au sein de notre école de foot a permis à nombre d’entre eux de recevoir une base technique de football et au-delà même, une éducation. Car Bernard était avant tout un éducateur, au sens le plus noble du terme, soucieux de la moralité des enfants et de leur devenir, par delà les résultats, les victoires comme les défaites.

Pour sa dernière saison à l’Olympique Midi Lirou, Bernard a coaché, quasiment seul tout au long de la saison, l’équipe des moins de 15 ans. Il a encaissé les critiques et les coups bas de personnes vipérines qui devraient avoir honte en se voyant dans le miroir, faisant tout pour que son équipe coule…3 fois, il a remonté son équipe, ne comptant ni son temps ni son énergie pour que ses gamins continuent à jouer, malgré les aléas. Si ce n’est pas là le signe d’une personne hautement respectable !

Bernard était un ami. Notre ami. L’ami de tous, les enfants comme les parents. Il savait donner le maximum de son temps pour l’école de foot, pour qu’elle continue d’aller de l’avant. Toujours battant, solidaire, toujours partant contre ceux qui n’ont mis leur énergie en route pour faire du mal à notre école de foot. Respecté et aimé dans les clubs voisins aussi, à Cazouls comme au Bousquet d’Orb, où le dirigeant du club a versé une larme de chagrin le jour où je lui ai appris, à Bédarieux, que Bernard n’était plus.
« Il faut se battre, les amis ! », tel était son leitmotiv. Non, Bernard, on ne va pas se laisser faire et baisser les bras, ne serait-ce que pour toi, pour ne pas salir ta mémoire. Ceux qui nous ont dit d’aller voir ailleurs seront bientôt servis.
097a7082531c5381669c432e40aa0a1d.jpg
BERNARD, dans les vestiaires, avec Gilles et Loïc.

« Mon p’tit pote », c’est ainsi qu’il nous appelait, nous sollicitait quand il avait besoin d’un coup de main, d’une lettre du secrétariat. On ne pouvait pas faire autrement que de répondre à son besoin tant Bernard oeuvrait dans la bonne direction pour notre école de foot. D’une modestie alliée à un sens poli de la discrétion, qui manque à certains, Bernard a caché la plus belle « victoire » réalisée dans sa vie d’éducateur : en décembre 2006, il obtenait le diplôme d’Initiateur 2 d’éducateur de football. Les mains tremblantes, il me montrait alors son diplôme, me demandant de ne pas l’ébruiter…Ce qui me gêna, mais que je fis. Une tournée de champagne aurait bien arrosé cette noble cause. Son diplôme, Bernard l’a obtenu à près de 60 ans, ce qui met en évidence sa volonté de réussir. A l’occasion, il m’a répété : « Mon père m’a toujours dit de ne jamais terminer sur un échec…C’est pour lui, et pour le club, que je l’ai fait …». Une semaine entière à dormir dans sa bagnole, du côté de Vendargues, pour obtenir ce si précieux diplôme à ses yeux. Il n’a jamais tenu à ce que l’on l’honore pour cette performance, et n’est-ce pas là encore le comportement d’une personne tout à fait honorable ? « Je l’ai fait pour mon père et pour mes petits du club ».

Bernard, tes « p’tits potes » sont toujours là à penser à toi. Tu nous manques. Plus que tout. Surtout en ces jours difficiles. Il semblerait que certains aient oublié ton dévouement, ton attachement à cette école de foot, que tu voulais autant familiale qu’assortie à des résultats sportifs, qu’ils aient succombé à de perfides sirènes. Mais la plupart des p’tits potes reste là. Des Débutants jusqu’aux 18 ans, pour un nouveau destin que l’on aurait aimé partager avec toi. Déjà, l’an passé, tu voulais provoquer cette chose-là, en espérant fonder un nouveau club, propre, convivial, et sans reproche. Nous faisons tous corps, tous front, contre les « tacles » certains que l’on va devoir encaisser, pour donner vie à notre idéal, loin des promesses pécuniaires dont on n’a que faire et auxquelles on ne peut croire. En ces temps estivaux où l’on fait enfin naître un nouveau club qui aspire davantage à ton idéal, Bernard, nul doute que tu aurais pris part, à 3000 %, à cette noble aventure !
0ef9774b18caa4fec205d244c627e743.jpg
BERNARD au milieu de ses "p'tits potes"...
Bernard, on ne t’oubliera pas. Les petits, les parents, les dirigeants de Midi Lirou, tous ceux qui t’ont connu, aimé et côtoyé, ceux du Café du Commerce à Creissan, ceux du club de foot d'Epernon, partageront ensemble un instant commun de commémoration de ce pénible jour où tu nous as quittés. Nos pensées vers ta famille, tes enfants et petits-enfants.
Salut Bernard.

03:21 Publié dans Sport | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.